Union Vélocipédique Genevoise

Depuis 1891, club puis association dédiée au cyclisme

Association cantonale de cyclisme, membre de la Fédération Cycliste Suisse (Swiss Cycling)


Serge Demierre


De l'époque où il apparaissait comme le plus talentueux espoir genevois à aujourd'hui, Serge Demierre a toujours été habité par la passion du vélo.

Un parcours marqué par des joies et des peines, certains regrets de directeur sportif. Mais marqué du sceau de la fierté et de l'honnêteté. Son plus beau fleuron ? « Sans doute ma victoire lors de la quatrième étape du Tour 1983, la plus longue de cette édition. Mais je conserve aussi le souvenir lumineux de succès dans d'autres épreuves, notamment au Tour d'Angleterre. C'était l'époque de la formation Helvétia-La Suisse, dirigée par Paul Koechli. Cela ne réussissait pas toujours, mais le mot d'ordre exaltant, était l'offensive tous azimuts ... », souligne Serge Demierre, auteur de 33 victoires au cours de sa carrière professionnelle.

Serge Demierre évoque ce jour glorieux où il s'imposa entre Roubaix et Le Havre. Dans son style de baroudeur et de battant, qui a conquis tous les amateurs de cyclisme helvétique. « Je n'étais pas excellent grimpeur ni redoutable au sprint. C'était pour moi la seule façon de m'imposer », raconte le Genevois, qui avait déjà terminé deuxième d'une étape l'année précédente derrière le Belge Willems. L'histoire de ce succès, remporté il y a tout juste vingt ans, vaut d'être contée. « J'étais porteur du maillot de champion suisse et je désirais l'honorer, en me distinguant lors d'une étape. Je m'en étais ouvert auprès de Bertrand Duboux et de son consultant de l'époque Roger Pingeon, un fin tacticien. Le matin, ils ont déployé le profil de l'étape fatidique sur le capot de leur voiture. Et Pingeon m'a dit de ne pas bouger avant un contrôle de ravitaillement situé au 225e kilomètre d'un tracé qui en comportait ... 300. J'ai sagement suivi ses conseils. »Et soudain, le tempérament de Serge Demierre s'est affirmé: « J'ai dû m'extraire d'un peloton, qui menait déjà un train d'enfer et j'ai bataillé durant 20 kilomètres face à une meute de poursuivants enragés. Ma ténacité a fini par triompher. Ils ont levé le pied et j'ai franchi la ligne d'arrivée avec quelque 4 minutes d'avance. Mais j'ai vraiment souffert. La fatigue me gagnait à chaque coup de pédale. De plus, il m'a fallu affronter un circuit vallonné et truffé de pavés. Terrible. Mais la joie était au bout du chemin.

Archives TDG du 3/7/2003


A moins de deux semaines des Championnats suisses sur route qui se dérouleront à Nyon, un aperçu sur le palmarès des élites nous fait découvrir que le dernier genevois à s’être illustrer dans un tel championnat fut Serge Demierre, en 1983.

Le Tour des jeunes comme tour de lancement

C’est sans trop savoir ce qui l’attendait que Serge donne ses premiers coups de pédales au Tour des Jeunes à l’âge de 13 ans. Née de la cuisse de Jean-Pierre Burtin, cette école de cyclisme est certainement la plus vénérable de nos institutions sportives, toujours actuelle. Dès lors, le vélo ne le quitte plus. Certes, il passe ses classes de cadets et juniors sans casser la baraque. Néanmoins, l’occasion de franchir une marche s’offre à lui par une sélection nationale chez les juniors qui débouche dans une première victoire internationale au Luxembourg. Un victoire dans le Tour du Pays de Vaud 1974. Le coup d’accélérateur est donné, Serge Demierre remporte sa première tunique à croix blanche chez les amateurs en 1976.

Cinq ans pour s’affirmer

Serge démarre sa carrière professionnelle à 21 ans déjà sous les couleurs « bianco-celeste » de l’équipe Bianchi, celle où règne encore Felice Gimondi. Un apprentissage difficile, sans lendemains. S’en suivra un détour par les Pays-Bas et un retour en Italie. Le vrai départ a lieu en 1980 où il entre chez Cilo-Aufina (sous la direction d’Auguste Girard) aux côtés des Mutter, Schmutz, Gisiger (avec lequel il remporte le Baracchi en 1981), Grezet, Breu et Glaus. A l’énoncé de tant de talents, rien qu’au sein d’une seule équipe, on perçoit mieux que ces années 80 ont été le creuset du deuxième âge d’or du cyclisme suisse, celles des années 90 après les années 50.

1983, sa meilleure année

Vainqueur en 1983 du Championnat Suisse, de la 4ème étape du Tour de France, Roubaix-Le Havre et de la seconde étape du Tour de Romandie. Dans le top dix du Tour Méditerranéen (5ème), du GP de Zurich, de Milan-Turin et de Tirreno-Adriatico. Porteur du maillot de champion suisse, il mis un point d’honneur à gagner une étape du Tour 83. Ce fut fait lors de la très longue étape Roubaix-Le Havre. Serge réussi à fausser compagnie au peloton dans les 30 derniers kilomètres pour terminer avec 4 minutes d’avance ! Pendant ces années 81, 82, 83 la place de Serge Demierre au classement mondial se situe entre la 50 et 70ème place.

J’ai deux amours

Serge s’expatrie à nouveau en 1987 mais il n’est pas un mercenaire et c’est un nouvel échec auprès de l’équipe française Z. Retour en Suisse en 1988 dans l’équipe Weinmann-La Suisse, qui devient Helvetia–La Suisse l’année suivante. La nouvelle équipe, dirigée par Paul Koechli est plus cosmopolite. Cette équipe réunit Steve Bauer, Gilles Delion, Jean-Claude Leclercq en plus des Pascal Richard, Mauro Gianetti, Laurent Dufaux et Beat Zberg. Période enrichissante, Serge ne tarit pas d'éloges envers celui qui est à ses yeux le meilleur directeur sportif, une situation qu'il aurait volontiers aimer trouver quelques années plus tôt.

Une reconversion toute tracée

Dans ces années 90, le peloton roule de plus en plus vite. Serge en convient. Paul Koechli lui propose un poste à la direction sportive de l'équipe; il accepte, temporairement. A ce rôle, il préfère démarrer son commerce de vélo. Cette époque coïncide avec le démarrage de l’équipe Post Swiss Team. Dirigée par J-J Loup puis Kurt Bürgi dans laquelle Serge Demierre, contacté, viendra succéder à Jacques Michaux au poste de directeur sportif. Une aventure qui se terminera en fin 2001. Année marquant les débuts de Phonak et la fin de l'aventure du Post Swiss Team.

Aujourd’hui à 53 ans, Serge Demierre assure la totalité de ses activités de vélociste. On le croit volontiers lorsque il se laisse aller à dire : C'est beau le vélo ! Chapeau Serge.

William Fracheboud
Bikeinlove (le blog), 15.06.2009

Palmares 1983 Cilo-Aufina 3 victoires

  •   5eme du classement général du Tour Méditerranéen (Classement Général)
  •   4eme de la 5eme etape du Tour Méditerranéen (Hyères - Marseille)
  •   3eme de la 7eme etape du Tour Méditerranéen (Béziers CLM Ind)
  •   17eme du Milan - San Remo
  •   1er de la 3eme etape du Tour de Romandie (Saignelegier - Fribourg)
  •   1er du Championnat national de Suisse sur Route
  •   1er de la 5eme etape du Tour de France (Roubaix - Le Havre)

Equipes

  • 1991 : Helvetia - La Suisse
  • 1990 : Helvetia - La Suisse 
  • 1989 : Helvetia - La Suisse 
  • 1988 : Weinmann - La Suisse - SMM Uster 
  • 1987 : Fidok - Sidermec - Muller 
  • 1987 : Z - Peugeot 1986 : Cilo - Aufina 
  • 1985 : Alpilatte 
  • 1984 : Cilo - Aufina 
  • 1983 : Cilo - Aufina 
  • 1982 : Cilo - Aufina